CeodeoHeader02PlantagItal3

 

Table d'Émeraude

— Table d'Émeraude — Document d'origine égyptienne ou grecque, sur lequel se fondaient les alchimistes dans leurs recherches. On l'attribue à Hermès (voir au mot Mercure) et le texte même de la table confirme cette origine, encore que cette origine soit difficile à situer historiquement. Voici le texte de la Table d'Émeraude :

1. — Il est vrai, sans mensonge, très véritable.

2. — Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas pour faire des miracles d'une seule chose.

3. — Et comme toutes les choses ont été et sont venues d'Un, ainsi, toutes choses sont nées dans cette chose unique par adaptation.

4. — Le soleil en est le père, la lune en est la mère, le vent l'a porté dans son ventre, la terre est sa nourrice.

5. — Le père de Tout, le Thélème est ici. Sa force est entière si elle est convertie en Terre.

6. — Tu sépareras la Terre du Feu, le subtil de l'épais, doucement, avec grande industrie.

7. — Il monte de la Terre au Ciel et derechef, il descend en terre et il reçoit la force des choses supérieures et inférieures.

8. — Tu auras par ce moyen toute la gloire du monde et toute obscurité s'éloignera de toi.

9. — C'est la Force forte de toute force, car elle vaincra toute chose subtile et pénétrera toute chose solide.

10. — Ainsi le monde a été créé.

11. — De ceci seront et sortiront d'innombrables adaptations desquelles le moyen est ici.

12. — C'est pourquoi j'ai été appelé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la Philosophie du Monde.

13. — Ce que j'ai dit de l'opération du Soleil est accompli et parachevé.

Le treizième verset, qui ne figure pas sur la majorité des reproductions, est très douteux.

On y retrouve l'expression du principe d'analogie, de la polarité (binaire, ternaire, etc...), de l'évolution et de la purification. Néanmoins, les spécialistes eux-mêmes sont indécis sur le plan auquel s'adaptent les préceptes de la Table d'Émeraude et sur l'interprétation de bien de ses points. Pour Allendy, le sens primaire peut être découvert assez facilement ; nous le résumons ci-dessous :

1. — La même chose y est exprimée sous trois formes pour marquer la triplicité fondamentale de l'unité (voir Philosophie chinoise, Kabbale, Théologie, etc...). Ce verset prône la vérité d'observation, expérimentale et essentielle (elle peut être matérielle, physiologique, spagyrique ou spirituelle d'ailleurs).

2. — Principe de dualité apparente de l'unité et de l’inséparabilité des parties. C'est une expression du Principe d'Analogie.

3. — Si l'unité est susceptible de devenir ternaire, inversement, le ternaire est l'organisation de l'unité (schéma d'adaptation de Mercure qui est hermaphrodite). C'est aussi le ternaire dialectique.

4. — Les quatre éléments de la nature, qui sont aussi les quatre phases du cycle.

5. — Ce verset définit la cinquième essence de la nature (Spiritus, Semence ou Quintessence, Akasa des Indiens, Aither des Platoniciens). C'est la théorie énergétique de la matière. Mais l'énergie est d'autant plus condensée que la matière est plus épaisse (si elle est convertie en terre).

Jusque-là, la Table d'Émeraude donne une genèse métaphysique de la vie : individualité, différenciation, adaptation, cyclicité, énergie. A partir de là, il s'agit du Grand Œuvre.

6. — La purification. Perfectionnement personnel ou universel. Épuration.

7. — C'est l'aspir et le respir de la création. Il est le Thélème (
Spiritus Mundi). On peut aussi penser aux réincarnations successives, ce qui permettrait d'interpréter : « Il reçoit la force des choses supérieures et inférieures. »

8. — Réalisation ou béatification ou libération karmique.

9. — Le grand fluide universel (
Mulaprakriti représenté par le serpent Suroboros qui entoure le monde, le Koïlon). Le Thélème est en quelque sorte la force, et le Koïlon, le champ. En fait, le Koïlon serait plutôt une résistance. C'est en elle que les bulles et les tourbillons qui constituent la matière s'évanouiront lors du prayala. C'est Yesod.

10. — C'est
Malchut, l'unité finale purement statique.

11. — Le nombre onze représente l'effort de l'individualité dans le cosmos qui la contient.

12. — Rappel des trois plans (nature matérielle, nature vivante, nature spirituelle). 12 a d'ailleurs pour valeur secrète 3.

Par ailleurs, il est bien évident que la Table d'Émeraude, répartie en douze versets, a des correspondances symboliques avec les signes du Zodiaque. Celle-ci comme ceux-là traduisent en effet le déroulement naturel des choses, sur tous les plans. Telle qu'elle se présente, la Table d'Émeraude a servi de fil conducteur aux alchimistes dans leurs travaux. Cela seul devrait démontrer que l'alchimie n'était pas un tâtonnement pré chimique comme on le dit trop souvent (voir au mot Alchimie).

 

 

 

 

 

 

 

 

 ↑ Haut de page