CeodeoHeader02PlantagItal3

 

Homosophie

— Homosophie — Théorie analogique due au Dr Lefébure et qui rend compte des correspondances inverses les plus intéressantes. Il est impossible de résumer ici cet important travail Citons seulement en exemple les éléments suivants : le symbolisme figuré a essentiellement deux pôles qui sont la droite et la courbe — la courbe pouvant être considérée comme se décomposant en cercles ou compositions de cercles. Or la droite est l'élément masculin et la courbe l'élément féminin — ce qui est d'un symbolisme traditionnel et admis.

On sait qu'en géométrie, le cercle et la droite peuvent être considérés comme symétriques par rapport à un point ou à une droite (selon certains types de symétrie). Des considérations mathématiques permettent donc de trouver logiquement quelle est la forme masculine qui correspond à une forme féminine donnée ou inversement.

On s'aperçoit que selon ce type de transposition, les figures subissent non seulement une modification de forme qui les amène effectivement à s'identifier avec le symbole opposé, mais une inversion dont l'anatomie, la botanique et la nature nous donnent mille exemples. Ainsi la forme triangulaire générale des organes génitaux externes de l'homme correspond à une structure également triangulaire des organes génitaux
internes de la femme, selon un triangle renversé. Il y a donc double inversion.

Les attributs de la droite et du cercle sont essentiellement pour la première : la mobilité, l'activité, la multiplicité, et, pour le second, l'immobilité, la réceptivité, l'unicité ou la tendance à l'unicité. Ainsi l’oeil (fixé dans l'orbite, organe récepteur, au nombre de deux) s'oppose au regard (mobile, actif, innombrable). Concrètement, l'image même de cette correspondance est fournie par l'ovule (sphérique, réceptif, peu mobile, en petit nombre) et le spermatozoïde (longiligne, actif, très mobile, innombrable).

Dans la nature, tout résulte de la combinaison de la droite et de la courbe. Au niveau du corps humain, les organes récepteurs-émetteurs (ex. : le cœur) ont une forme cylindro-conique résultant par conséquent de la rotation d'une droite ou génératrice. Au niveau des généralisations cosmogoniques, c'est de la droite et de la courbe que procède la spirale, forme universelle du mouvement défini — et, plus loin encore, la spirale de spirale de spirale... (Nébuleux embrouillamini originel) figurant la forme la plus élémentaire du créé. Le masculin et le féminin seraient donc à la fois le principe créateur et le produit de la différenciation de toute création.

Le système homosophique a dans tous les domaines et selon d'autres principes corollaires de multiples applications, qu'il est malheureusement impossible d'ébaucher ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 ↑ Haut de page