CeodeoHeader02PlantagItal3

 

Cartomancie

La cartomancie est une méthode divinatoire qui consiste à interpréter les figures et les successions des cartes du jeu de piquet ou jeu de cartes à jouer. L'historique du jeu de cartes n'a pas d'intérêt. Chacun sait qu'on les dit avoir été inventées pour distraire le roi Charles VI le Fou, et on sait aussi que c'est faux.

Il est certain, en tout cas, qu'elles présentent des analogies avec le Tarot, qui est beaucoup plus ancien. Notamment, les Trèfles, les Cœurs, les Piques et les Carreaux correspondent respectivement aux Deniers, aux Coupes, aux Épées et aux Bâtons.

En matière de mancie, les sens attribués aux cartes ordinaires diffèrent pourtant notablement des sens attribués aux lames du Tarot, comme on pourra s'en rendre compte en comparant ce qui suit avec ce qui est exposé à l'article Tarot (Technique). Cela tient à ce que la cartomancie est une pratique populaire et sa valeur vaut ce que valent ceux qui l'exercent.

Sans doute à côté de la cartomancie, support de voyance comme un autre — et probablement moins intéressant qu'un autre — on peut étudier les significations consacrées par l'usage et en tirer par analyse d'intéressantes conclusions sur l'inconscient populaire (nous ne disons pas collectif). Mais ces significations varient beaucoup — ce qui ne serait rien si elles n'étaient pas, en général, d'une pauvreté déconcertante.

Nous en donnons ci-dessous une nomenclature entérinée par la tradition et datant de l'Empire, époque à laquelle la cartomancie fit fureur comme elle avait fait fureur à la Cour de Louis XVI.

Pour tirer les cartes, il existe d'innombrables méthodes.
En voici une, qui est classique : après avoir fait battre et couper, on tire du paquet la septième, la quatorzième, etc... en remettant toujours sous le paquet les six cartes intermédiaires.
On procède ainsi jusqu'à ce que douze cartes aient été étalées en arc de cercle de gauche à droite sur le tapis.
Selon que le consultant est un homme, un jeune homme ou une femme, on choisit pour y correspondre, parmi les cartes sorties, un roi, un valet ou une dame — de cœur s'il est blond (ou si elle est blonde) — de trèfle, dans le cas contraire.
Si aucune carte ne convient, on la cherche dans le jeu et on la place au treizième rang ; si, au contraire, la carte convenable est sortie, on en fait tirer une treizième dans le jeu.
Alors, on part de la carte du consultant, et on interprète toutes les cartes. que l'on rencontre en les parcourant de cinq en cinq jusqu'à ce qu'on revienne au point de départ.
Pour complément d'interprétation, on fait couvrir les cartes cruciales d'une carte tirée dans le reste du jeu.

En voici une autre, non moins classique.
On fait tirer quatre fois trois cartes, que l'on dépose successivement en haut, en bas, à gauche et à droite.
On les retourne une à une et dans le même ordre, de sorte qu'on a, à la fin de ce premier temps, douze cartes disposées en cercle (ou plus exactement en carré).
Si le consultant n'a pas sorti la carte qui lui correspond, on la cherche dans le jeu et on la pose à un rang correspondant à celui qu'elle avait dans le. paquet (figures face au tapis).
On compte ce rang en tournant de droite à gauche à partir de la carte la plus haute (dite carte du destin). Avant cette manœuvre, on avait donné une interprétation générale de situation ; après, on situe le consultant dans cette situation générale. Enfin, on fait tirer quatre nouvelles cartes après avoir à nouveau battu et coupé et on place ces cartes en haut (sur la carte du destin), en bas (sur la carte de la Maison) à gauche (sur la carte de la Consolation) et à droite (sur la carte de la Surprise).

Une carte n'a de signification individuelle que pour définir génériquement un type de situation, un type d'événement ou un type de personnage. L'interprétation suppose donc toujours qu'on n'assigne une valeur à une carte qu'en fonction de la carte ou des deux cartes qui la précèdent. Cela posé, voici le sens qu'on attribue le plus souvent aux cartes et aux séquences les plus importantes :

Quatre rois de suite : honneur ; trois de suite : protection ; deux de suite rivalité d'hommes.

Quatre dames de suite : colère, médisance ; trois de suite : rivalité, jalou; deux de suite : amitié.

Quatre valets de suite : succès ; trois de suite : complications ; deux de suite : mariage prochain.

Quatre as de suite : triomphe et réussite quant à la question posée ; trois de suite : succès sentimental ; deux de suite : hésitation.

Quatre dix de suite : réussite dans les affaires ; trois de suitechangement de situation ; deux de suite : déception.

Quatre neuf de suite : réalisation ; trois neuf de suite : graves ennuis deux de suite : un choix délicat.

Quatre huit de suite : revers ; trois de suite : abandon ; deux de suite ennui.

Quatre sept de suite : intrigues, commérages ; trois de suite : gaieté, plai; deux de suite : grossesse.

Les suites dans les Figures représentent des familles. Ce sont toujours de bons signes (à l'exception des suites en pique).

Interprétées seules, les cartes ont la valeur de base suivante :

En CŒUR :

Le Roi : un homme aimable, bienveillant.

La Dame : une dame aimable, bienveillante.

Retournées, ces personnes auront une difficulté à apporter leur aide,

Le Valet : un jeune homme blond, un enfant, un amoureux. Retourné enfant malade, avortement, amoureux pas franc.

L'As : La maison. Retourné : hostilité de la famille.

Le Dix : grande joie.

Le Neuf : déclaration d'amour ou amour brûlant.

Le Huit : joie à la campagne.

Le Sept : Proposition d'amour.

En CARREAU :

Le Roi : paysan ou soldat. Retourné : ne viendra pas.

La Dame : une femme de mauvaise vie. Retournée : vous sera néfaste. Le Valet : le facteur. Retourné : pas de lettre.

L'As : une lettre.

Le Dix : voyage important et imprévu.

Le Neuf : activité bienfaisante.

Le Huit : démarches, propositions d'affaires.

Le Sept : une surprise.

En PIQUE :

Le Roi : médecin ou homme de loi. Renversé : maladie grave ou proès perdu.

La Dame : veuve ou divorcée. Retournée : vous sera hostile.

Le Valet : espion ou traître. Retourné : ne pourra pas vous nuire. L'As : victoire. Renversé : deuil.

Le Dix : à la nuit.

Le Neuf : mort.

Le Huit : pleurs.

Le Sept : ennuis ou perte.

En TRÈFLE :

Le Roi : un homme puissant et protecteur. Renversé : retard dans son aide,

La Dame : Une femme brune, socialement placée. Retournée : retard dans son aide.

Le Valet : un jeune homme brun, sérieux. Retourné : se détournera de vous.

L'As : le triomphe ou la fortune. Renversé : vol.

Le Dix : la fortune ; héritage.

Le Neuf : Réussite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 ↑ Haut de page